CHAPITRE 4 – Traversée du désert

Khammy pu enfin souffler, après avoir passé presque une heure à rouler pied au plancher à travers les rochers, sur des chemins chaotiques, il avait finit par retrouver un semblant de route, il n’était pas encore revenu sur la route 95 mais ils ne devait plus en être loin. L’objectif était de prendre le maximum d’avance sur les crânes blancs. Il n’avait pas du tout envie de retomber sur eux. Il poussa donc  encore le van quitte à vider plus vite leurs réserves d’essences, mais bon ce n’était pas comme s’ils avaient le choix… 

Devant lui le paysage défilait sous la lumière timide du soleil levant. Le ciel s’embrasa de couleur orange et rose, effaçant doucement le manteau d’étoiles et l’obscurité. 

La nuit avait été longue. Lunnah, épuisé, assise sur le siège passager, regardait à l’extérieur le paysage qui défilait à moitié somnolente, les yeux perdu au loin. A l’arrière du van, debout entre les deux sièges, se tenait la jeune fille se qu’ils avaient délivrés. Du peu d’échanges qu’ils avaient eux depuis leurs départ ils avaient appris qu’elle s’appelait Marah et qu’elle n’était pas très bavarde.

Khammy pris le temps de l’observer dans le rétroviseur. Elle avait de long cheveux noirs, une peau hâlé, des yeux en amandes et un nez aquilin. Il remarqua surtout son visage et ses bras nus couverts d’ecchymoses.

– T’a eu une sacrée veine qu’on te tire de là dis t-il en fronçant les sourcils, brisant ainsi le silence qui c’était installé.

La jeune fille le regarda à son tour, d’abord sur la défensive, elle finit par se radoucir,  sa bouche fine dessinant un sourire à présent.

– C’est vrai… je ne sais pas ce qui me serait arrivé, vous m’avez… sauvé la vie… commença t-elle d’une voix timide.

Khammy avait noté déjà son accent assez prononcé. Indien ? peut être pakistanais. En tout cas, elle n’était pas du coin c’était sur. Ca faisait un sacré trajet depuis l’asie pour venir se paumé au milieu du désert de Mojave. 

Il s’apprêta à lui répondre quand Lunnah tourna la tête brusquement pour prendre la parole, comme un diable sortant de sa boite.

– Si tu avais commencé par ne pas te barrer avec NOTRE van, tu nous aurait évité toute cette merde ! 

Khammy ne dit rien. Il comprenait sa colère, elle était légitime après tout. Et puis il n’était pas stupide, se mêler de querelles entre deux filles c’était être sûr à tous les coups de se faire envoyer bouler ! Il décida donc de se concentrer sur la route, le temps que la petite tornade blonde se calme.

Une ambiance pesante s’installa dans le van. La jeune fille à l’arrière, impassible, ignora carrément Lunnah. Puis toujours souriante, se pencha lentement à l’oreille de Khammy, laissant cascader ses longs cheveux sur son épaule.

– Elle à pas l’air commode ta petite amie… dit elle doucement.

– Ce… C’est pas ma… hésita Khammy un peu pris de court par l’attitude soudain charmeuse de la jeune femme.

Khammy tourna prudemment la tête, pour voir une Lunnah rouge de colère, prête à sauter à la gorge de Marah à la moindre occasion. C’est vrai il n’était pas ensemble, Khammy la considérait plus comme une  sœur. Il l’avait rencontré quand elle n’était qu’un bébé et avait pris soin d’elle. Mais Lunnah ne l’entendait pas de cette oreille…

Elle était du genre possessive et un peu jalouse sur les bords. En règle générale elle n’appréciait pas que d’autre fille tourne autour de lui. Alors qu’on lui fasse du rentre dedans de cette façon c’était le meilleur moyen de s’en faire une ennemie !

– Intéressant… Continua Marah en caressant le bras de Khammy. 

Il pouvait à présent sentir le poids du regard de sa jeune protégée sur lui. Ca sentait mauvais tout ça. Et pour couronner le tout, il n’était pas indifférent au charme de cette fille… En tant normal il serait rentré dans son jeu mais là c’était vraiment pas le moment ! Ils avaient d’autres problèmes plus urgent…

Il reprit enfin ses esprit et tenta de désamorcer la bombe en train de grogner à côté de lui.

– Bref… Heu… On va arriver à Neo Vegas d’ici 2 heures à peu près… Donc tu peux aller te reposer en attendant. On t’y déposera et ensuite on se tirera loin d’ici… Lunnah et moi on a pas l’intention de moisir dans le coin…  conclut t-il en désignant sa jeune amie qui boudait, la tête posé contre la fenêtre. 

Au moins elle n’a plus l’air d’avoir envie de brûler tout le Nevada pensa Khammy amusé.

Toujours installé derrière lui, Marah lui sourit à travers le reflet du rétroviseur. Ce sourire là était différent. Ce n’était plus une expression timide et douce comme au début…

– Oui pourquoi pas… Commença t-elle. 

Décidément cet accent exotique me fait craquer… pensa Khammy tout en regardant la route devant lui.

– Ou bien… on peut procéder autrement, chuchota Marah en se penchant à nouveau à son oreille. 

Khammy réalisa soudain que quelque chose clochait dans ce qu’elle venait de dire. Son sourire s’effaça pour laisser place à l’incrédulité.

– Comment ça autrement ? dit il en se tournant brusquement.

Lunnah aussi s’était tourné vers elle, les yeux à moitié fermé, tentant de comprendre où elle voulait en venir. Marah toujours penché sur l’épaule de Khammy le regarda droit dans les yeux, tendit le bras vers Lunnah, braquant sur elle son propre colt python ! 

Toujours muni de son sourire charmeur, elle le regarda dans les yeux.

– Autrement…

Khammy resta bouche bée devant ce qu’il était en train de se passer, Marah était en train de les braquer à nouveau ! Et avec son flingue, en prime ! Bordel ils venaient de lui sauver la vie ! 

– Arrête le camion ou je la bute ! continua Marah d’une voix forte et menaçante en se redressant. Bizarrement son accent avait perdu de son charme …

Khammy la regarda droit dans les yeux, elle ne bluffait pas, ça se voyait dans son regard. Elle avait bien l’intention de repeindre le van avec la cervelle de sa protégé. Il réfléchit rapidement, cherchant une option. Le deuxième revolver était posé sur le tableau de bord… Peut être en tendant le bras rapidement…

Et merde ! il aurait dû rester sur ses gardes ! Pensa t-il en serrant les dents. Il venait de se faire avoir comme un vrai bleu… Il regarda son amie, les yeux horrifiés par ce qu’il était en train de se passé. Non… il ne pouvait pas prendre de risques supplémentaires, et surtout pas mettre la vie de Lunnah en danger. Résigné, acceptant son erreur, il enfonça la pédale de frein, arrêtant le van dans un crissement de pneu en plein milieu de nulle part à plusieurs kilomètre de la route 95…

***

Avant qu’elle n’aie eu le temps de comprendre ce qu’il se passait, Lunnah sur le point de s’endormir après une trop longue nuit, était à présent debout au bord d’un chemin poussiéreux à coté de Khammy. Devant eux, le désert s’étendait à perte de vue. Au loin, leur van disparaissant rapidement.

Tout c’était passé très vite. En l’espace de quelques minutes Marah, lui avait posé le canon du colt python sur le crâne et arrêtés le van. A contre coeur ils avaient dû descendre et la regarder s’installer au volant avec un sourire arrogant.

– Désolé les gars, c’est pas contre vous, mais j’ai un travail à terminer dit Marah d’un ton complaisant en claquant la portière. Et pour ça j’ai besoin de votre camion conclu t-elle avant de démarrer le moteur et de s’éloigner rapidement, sous le regard de Khammy et Lunnah impuissants.

– C’EST UN VAN, PAS UN CAMION !!! ESPÈCE DE SALOPE INGRATE hurla Lunnah à son attention.

Lunnah serra les poings, tremblante de rage. Elle se retourna, aussitôt pour voir Khammy, assis sur un gros rocher, fumant en silence. 

– Ok… dis Khammy en levant les yeux vers elle, lâche le morceau, tu avais raison… 

S’en était trop cette fois ci, l’épuisement et la frustration eurent raison de son sang froid.

Si j’avais raison ? dit elle en pesant chaque mots. Un peu que j’avais raison ! Cette fille puait les emmerdes à dix kilomètres ! Et toi comme d’habitude tu as pas pu résister ! Maintenant cette saloperie nous à volé le van… encore !!! On est coincé au beau milieu de nulle part, à deux heure de bagnole de Vegas, sans oublier une bande de tarés lâchés à nos trousses !

Lunnah s’arrêta pour reprendre son souffle encore sous le coup de la colère, les yeux rouges de larmes, réalisant qu’elle avait fini son discours en hurlant. Khammy entre temps c’était levé sans un mot, sans aucune réaction, laissant sa dernière clope se consumer toute seule.

– DIS QUELQUE CHOSE AU MOINS ! Éclata t-elle, cherchant à le faire réagir.

A ces derniers mots, Khammy la tira vers lui et la pris dans ses bras. Lunnah d’abord décontenancé, se calma rapidement, la tête posé contre son torse. Ses joues s’empourprèrent et son cœur se mis à battre plus fort. Toute sa fureur s’estompa et elle se détendit petit à petit.

– Je suis désolé Lunnah… t’a raison j’ai merdé… Je pensais pas qu’elle nous ferait un coup pareil. Commença Khammy d’une voix calme qui trahissait une colère contenue.

Lunnah leva les yeux vers lui. Réalisant soudain que lui aussi bouillonnait de rage. Ses yeux dorés exprimaient une fureur bestiale et ses traits étaient tendus.  Puis il se pencha vers elle, son regard s’adoucit, et il continua d’une voix plus tendre.

– Je te promet qu’on va retrouver le van, quitte à ce que j’arpente l’intégralité de ce foutu désert à sa recherche… et ne t’en fais pas, t’en que je serais là il ne t’arriveras rien. 

Lunnah à présent apaisée, regardait le désert et l’horizon devant eux, toujours blottit dans les bras de son ami. Il avait toujours su trouver les mots pour la rassurer et la calmer. Fatigué et lasse, elle soupira et reprit la parole timidement.

– Bon… et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Khammy s’écarta d’elle doucement et tendit le bras pour montrer les rochers et le semblant de route  devant eux.

– Il ne nous reste plus qu’à marcher, on trouvera bien quelque chose sur le trajet…

***

Traversé le désert des Mojaves, quand on a un moyen de transport, c’est long mais largement faisable. Par contre le faire à pied, sans eau, pendant la période la plus chaude de l’année, c’était carrément du suicide. Il fallait qu’il trouve rapidement un endroit à l’ombre pour se protéger du soleil brûlant. 

Ils marchaient depuis déjà plusieurs heures en tentant de rejoindre la route 95 qui les mènerait à Neo Vegas, sans aucune trace de vie autour d’eux. Tout était désespérément désolé et abandonné. Ils croisèrent ça et là de vieux bâtiments en ruines, mais rien qui puisse réellement faire l’affaire. La plupart n’avaient même plus de toit et n’étaient que des tas de ruines, ce qui limitait grandement leurs intérêts. Et puis, sans une source d’eau quelque part, ils ne tiendrait pas longtemps sous la chaleur écrasante. Khammy ne semblait pas en souffrir contrairement à Lunnah qui commençaient à ralentir l’allure, mais malgré sa peau rougit par le soleil et transpirant à grosses gouttes, elle ne se plaignait pas…

Il continuèrent de marcher péniblement dans le silence. Décidément ils se tapaient un karma pourri en se moment pensa Khammy. Cette fille, Marah… Il allait lui faire payer cher ce qu’elle avait fait. 

Après la bonne nouvelle c’est que la situation du van n’avait pas changé, il avait vérifié la jauge de carburant quand il conduisait et il restait à peine de quoi aller jusqu’à Neo Vegas. Ils n’avaient pas fait les réserves avant de partir et au final heureusement. Avec un peu de chance ils retrouveraient leur véhicule en rade au milieu de la ville, sauf si cette fille savait ou aller pour se procurer de l’essence. Khammy grimaça, si c’était le cas ils n’avaient pas de temps à perdre.

Un bruit dans son dos lui fit brusquement tourné la tête, pour voir Lunnah à genoux, la tête baissé. Elle avait trébuchés sur un caillou, perdant l’équilibre. Khammy se précipita pour venir l’aider à se relever mais réalisa que la situation était bien pire qu’il ne pensait. Lunnah était brûlante et n’avait plus la force d’avancer.

– T’occupe pas de moi… souffla t-elle la gorge trop desséchée pour parler. Je peux me débrouiller… toute seule…

Sans réfléchir, il attrapa la jeune fille par la taille, passa son bras par dessus ses épaules et recommença à marcher. Lunnah ne protestait même plus… Ça, ce n’était pas bon signe…

Je n’avais même pas réalisé… ça fait deux jours qu’elle n’a ni dormi ni mangé depuis qu’on a quitté Neo Vegas… songa Khammy. Il regarda sa petite protégée, si fragile tout à coup. Ses vêtements et son visage poussiéreux, ses mains écorchés et sa peau brûlée. Malgré son caractère bien trempé, elle n’était encore qu’une gosse après tout. J’suis vraiment con… songea t-il en se mordant la lèvre.

Il continua à marcher dans le désert aride, sous le soleil de plomb, portant la jeune fille dans ses bras à présent.

Khammy reprit espoir quand il aperçut au loin une cabane délabrée, plantée au milieu des rochers, grossissant au fur et à mesure qu’il approchait. L’état de santé de Lunnah s’aggravant dangereusement, il accéléra le pas, il fallait qu’il la mette à l’abri au plus vite. 

Il continua à marcher dans le désert aride, sous le soleil de plomb, portant la jeune fille dans ses bras à présent.

Khammy reprit espoir quand il aperçut au loin une cabane délabrée, plantée au milieu des rochers, grossissant au fur et à mesure qu’il approchait. L’état de santé de Lunnah s’aggravant dangereusement, il accéléra le pas, il fallait qu’il la mette à l’abri au plus vite. Ils n’étaient à présent plus qu’à quelques mètres de la vieille cabane quand une silhouette apparut dans l’ombre du perron, Khammy ralentis le pas, tentant de distinguer ce qui se passait. Puis s’arrêta net quand le canon d’un fusil brilla dans la lumière aveuglante.

– Pas un pas d’plus, dit une voix enroué sorti tout droit d’un vieux western. 

Khammy, portant toujours Lunnah dans ses bras, fronça les sourcils. En face de lui debout devant la cabane, un vieil homme, à la barbe grisonnante, maigre comme un clou, au visage buriné par le soleil,  le menaçait avec une winchester aussi vétuste que lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.