Prométhée

Avant d’avoir dompté l’héroïque pensée
Qui fait du vieux Titan un révolté divin ;
C’est elle qui te brave, et ta rage insensée
N’a cloué sur ces monts qu’un simulacre vain.
Tes coups n’auront porté que sur un peu d’argile ;
Libre dans les liens de cette chair fragile,
L’âme de Prométhée échappe à ta fureur.
Sous l’ongle du vautour qui sans fin me dévore,
Un invisible amour fait palpiter encore
Les lambeaux de mon coeur.

Extrait du poèmes de Louise Ackermann.